Logo du site d'Annie Zadek "Vues de l'esprit"
 

 

Nécessaire et urgent

carré jaune Extrait

3/5
Pourquoi sont-ils restés sur place ?
Pourquoi ne sont-ils pas partis ?
Parce que c’était leur terre natale ?
Qu’ils étaient nés dans ce pays ?
Qu’ils voulaient s’y faire enterrer ?
Qu’ils n’avaient nulle part où aller ?
Qu’ils ne pouvaient pas se résoudre à abandonner leur foyer ?
Qu’ils ne pouvaient pas imaginer ce qui allait leur arriver ?
Étaient-ils si mal informés ?
N’écoutaient-ils pas la radio ?
Ne lisaient-ils pas les journaux ?
Ne lisaient-ils que « Les Commentaires » de Rachi ?
N’avaient-ils donc pas compris ?
Étaient-ils à ce point crédules ?

Furent-ils si faciles à duper ?
Avaient-ils déjà oublié ?
Les signes avant-coureurs avaient-ils manqué ?
Ne les avait-on pas déjà obligés à chanter ?
Forcés pendant des heures à danser et sauter ?
Contraints de se tenir jusqu’à épuisement sur un pied ?
N’avait-on pas déjà enlevé leurs couvertures aux malades ?
N’avaient-ils pas été battus pour avoir dit à quelqu’un : « Camarade » ?
Pour être allé chez le coiffeur ?
S’être fait faire une indéfrisable ?
Ne leur avait-on pas déjà interdit d’écrire des lettres à l’étranger ?
D’avoir des pantalons rayés ?
De se marier ?
D’avoir des enfants ?
De recouvrir leurs morts d’un papier ?
N’avait-on pas déjà réclamé à la Société des Nations des fonds pour les évacuer ?
Des colonies où les installer ?
N’avait-on pas muré l’entrée de leurs maisons ?
Ôté les plaques avec leur nom ?
N’avaient-ils pas été forcés de se coucher dans la boue ?
Forcés de se mettre à genoux ?
De se laisser uriner dessus ?
N’avait-on pas déjà débaptisé leurs rues ?
Ces choses arrivèrent-elles d’un seul coup ou au contraire l’une après l’autre ?
La haine qu’on leur portait n’avait-elle pas été constante ?
Obsessionnelle ?
Virulente ?
L’oubliaient-ils dès qu’elle s’estompait, dès qu’elle paraissait moins violente ?
L’excusaient-ils ?
La comprenaient-ils ?
Pour autant, la pardonnaient-ils ?
Des mois et des années durant, leur malheur n’avait-il pas été permanent ?
Tracasseries sans fin, humiliations sans nombre, arrestations par-ci, assassinats par-là : ne s’attendaient-ils pas au pire ?
Ne s’étaient-ils pas préparés ?
S’y étaient-ils habitués ?
Ne retenaient-ils pas leur souffle depuis des mois et des années ?
N’auraient-ils pas pu se cacher ?
A-t-il suffi de les convoquer ?
Ont-ils tenté de résister ?
N’ont-ils pas essayé de fuir ?
Étaient-ils comme paralysés ?
Des voisins les ont-ils aidés ?

> retour

• Bazar Éditions, Paris, avril 2013
• Réédition Les Solitaires Intempestifs, Besançon, 2016

 

 

 

Couverture du livre d'Annie Zadek "Nécessaire et urgent"

Mise à jour le 19.12.2017 © 2017 Juliette Gourlat
lien vers l'actualité d'Annie Zadek