Logo du site d'Annie Zadek "Vues de l'esprit"
 

 

Travail en cours : "Contemporaine"

carré jaune Sur

La Maison des Enfants d'Izieu fut pour moi le lieu augural d'un sentiment d'insurmontable aporie devant la douceur des paysages du Bugey, la grâce émanant de ces photographies d'enfants, la tendresse des lettres adressées à leurs parents, et leur destin lamentable. Son écho ne cessera de se répercuter lors de mes déambulations [1] dans l'Ancienne gare de déportation de Bobigny, dans la Cité de la Muette, à Drancy, dans les camps d'Auschwitz-Birkenau – l'autre face de la vibrante Cracovie encore imprégnée de la présence de Kantor – et dans celui de Terezin (le "Camp des Artistes" !) si près si loin de la Prague de Kafka.
En arpentant ces lieux qui, aujourd’hui encore, sont comme irradiés par un traumatisme majeur survenu dans notre passé – ces lieux "Janus" où l’horreur et la beauté se sont côtoyées dans le même tempsContemporaine tente de penser (panser ?) cette aporie comme le signe même de notre modernité.
Revisitant encore à nouveau les atermoiements d'Adorno [2], son JE fait semblant d’être MOI (moi l’auteure, moi Annie Zadek), moi en qui s'obstine la conviction qu’écrire contemporain, ce n’est pas faire table rase du passé (processus d’exclusion) mais bien plutôt se situer comme héritière, de l’histoire de la littérature, de l’histoire de l’art, de l’Histoire tout court, dans un processus d’accumulation où rien n'est exclusif de rien, où l’on est à la fois vieux et jeune, homme et femme et vivant et mort, tout et rien, tout et son contraire.

[1] Au cours d'une Mission Stendhal en Allemagne, Autriche, Pologne et Tchéquie (2009) puis d'une résidence d'écriture du Conseil Régional d'Île de France avec l'Ancienne gare de Déportation de Bobigny (2013).

[2] "Je suis prêt à concéder que, tout comme j’ai dit que, après Auschwitz, on ne pouvait plus écrire de poèmes — formule par laquelle je voulais indiquer que la culture ressuscitée me semblait creuse —, on doit dire par ailleurs qu’il faut écrire des poèmes, au sens où Hegel explique, dans l’Esthétique, que, aussi longtemps qu’il existe une conscience de la souffrance parmi les hommes, il doit aussi exister de l’art comme forme objective de cette conscience." (Dialectique négative, Payot, 1978, 2003)

 

> retour



 

 

Vues de Terezin, Prague

cliquer sur chaque image pour l'agrandir

 

Mise à jour le 19.12.2017 © 2017 Juliette Gourlat
lien vers l'actualité d'Annie Zadek